ET SI LE LOGEMENT SOCIAL RAPPORTAIT ?

Title

ET SI LE LOGEMENT SOCIAL RAPPORTAIT ?

Quel retour sur investissement peuvent espérer les territoires qui développent du logement social ? Une étude dont les résultats viennent d’être publiés met en évidence les impacts positifs de l’activité des bailleurs sociaux sur le dynamisme économique, sociétal et environnemental de leur territoire d’implantation.

Le logement social est parfois perçu comme un investissement obligatoire et peu rentable pour les collectivités. Pourtant, il permet aux ménages modestes de bien se loger, mais il contribue aussi à stimuler l’emploi, maîtriser la consommation énergétique et favoriser le pouvoir d’achat. C’est ce que dévoile cette étude conçue par l’association Delphis*, réalisée sur les territoires de Nice Métropole et de Toulon Provence Méditerranée, par Logis Familial et Nice Côte d’Azur Habitat d’une part, et Logis Familial Varois, d’autre part. Au total, les trois bailleurs ont injecté 110 millions d’euros dans l’activité économique de ces territoires en 2014.

Favoriser l’emploi régional
En construisant, en rénovant et en entretenant leurs résidences avec des acteurs locaux, les trois bailleurs sociaux ont contribué à maintenir l’activité et l’emploi des entreprises de la région. C’est ainsi que l’ensemble des contrats passés par Logis Familial Varois pour la seule année 2014 a permis de générer de l’activité, directement ou indirectement, pour 357 personnes (en équivalent temps plein) et de verser 9 millions d’euros de rémunération.

De surcroît, les bailleurs sociaux favorisent le retour à l’emploi des personnes en difficulté : pour ses deux dernières grandes opérations, Logis Familial a généré 8 300 heures d’insertion.

L’avenir en vert
Forts d’une démarche patrimoniale à long terme, les bailleurs sociaux sont enclins à préserver la biodiversité et cherchent à utiliser toujours plus de techniques écoresponsables. Ils sont particulièrement attentifs à la maîtrise des dépenses d’énergie et donc des charges locatives. D’ailleurs, la consommation énergétique du parc social est inférieure à celle du parc privé. Pour les deux organismes étudiés sur Nice Métropole, cela représente même une « économie » de 47 millions de kWhep en 2014, soit l’équivalent de la consommation moyenne de plus de 3 600 logements. Et pour les résidents chauffés à l’électricité, une économie de 250 euros par an sur leur facture énergétique.

Un pouvoir d’achat préservé
Sans le logement social, combien paierait un ménage dans le parc privé ? Le différentiel moyen de loyer mensuel est de 527 euros à Nice et de 425 euros dans le Var, ce qui représente à montant équivalent environ 38 m² de surface de plus que dans le parc privé. Cette offre à un prix abordable préserve le pouvoir d’achat et améliore les conditions de vie des familles.

Au-delà de ces loyers modérés, Logis Familial Varois propose un accompagnement social aux foyers les plus fragiles et mène des actions en faveur du maintien des personnes âgées à domicile — une économie pour le Conseil départemental lorsque l’hébergement en EHPAD est retardé.

Trois questions à Christine Guiramand,
directrice des Études du Groupe Logement Français

En quoi cette étude est-elle novatrice ? 
Pour la première fois, une étude cherchait à établir la valeur économique apportée aux territoires par les bailleurs sociaux. Il s’agissait, d’une part, de mesurer les emplois et les dépenses d’investissement générées et, d’autre part, de quantifier les bénéfices pour les habitants en termes de loyer ou de surface par rapport au privé. 

Que pensez-vous des résultats ?
En démarrant cette étude, je n’imaginais pas que les chiffres seraient aussi significatifs et les apports aussi considérables. Un seul exemple : pour Toulon Provence Méditerranée, Logis Familial Varois représente 357 emplois induits dans le secteur du bâtiment. Quant à nos locataires varois, le gain en pouvoir d’achat peut aller jusqu’à 5 000 euros par an par rapport au privé. 

Que vous apporte cette étude ?
Elle démontre que notre approche va bien au-delà de notre rôle initial et génère des bénéfices économiques très importants pour un territoire donné. Nous constatons que nos appels d’offres sont principalement remportés par des entreprises locales. Par exemple, en 2014, 63 % des opérations de Logis Familial Varois ont été attribués à des entreprises implantées dans le Var.

L’étude va forcément rassurer les élus qui décident de se lancer dans la réalisation de logements sociaux, en leur montrant les retours sur investissement qu’ils peuvent obtenir en nous confiant la construction ou la gestion de leur parc.

*DELPHIS est une association professionnelle française regroupant 26 sociétés anonymes HLM. Sa mission est de promouvoir l’innovation et de contribuer à l’amélioration continue dans le secteur du logement social. DELPHIS encourage activement la Responsabilité Sociétale dans le secteur du logement social depuis 2006. www.delphis-asso.org