Quand les terrains se font rares…

Title

Quand les terrains se font rares…

Pour certaines communes, la loi SRU s’apparente à la quadrature du cercle. En transformant des logements privés en logements conventionnés, on développe l’offre de logement social. Une alternative efficace à la construction neuve pour atteindre les objectifs de la loi SRU.

Des locataires forcément satisfaits

Pour les résidents, le changement est forcément positif. Ils conservent leur appartement sans que leur loyer soit augmenté – il peut même baisser si leurs revenus répondent aux critères du logement social. De surcroît, le bailleur entreprend systématiquement des actions de réhabilitation et d’amélioration, qui en renforcent le confort et la performance énergétique, tandis qu’une convention avec l’État ouvre le droit à l’APL !

Vaujours (93) - Résidence Grand Parc Photo : DR Groupe Logement FrançaisUne mixité sociale acquise sans à-coups

Non seulement le patrimoine locatif d’une ville est ainsi pérennisé, mais ce type d’opérations reste le gage d’immeubles parfaitement intégrés au tissu urbain existant.

La diversité des résidents s’acquiert quant à elle paisiblement, au fur et à mesure de chaque relocation avec l’arrivée de personnes éligibles au logement social. 

Le savoir-faire du Groupe

Développer l’habitat social avec l’acquisition d’immeubles existants reste depuis une quinzaine d’années l’un des grands objectifs du Groupe. De l’amont – expertise juridico financière ou obtention des aides de l’État – à l’aval – réhabilitation et, ou relogement des locataires pendant les travaux –, son approche est globale. Les nombreux partenariats conclus avec des communes où le foncier est rare et cher, tant en Île-de-France qu’en province, lui ont permis d’acquérir une solide expertise. 

Des ambitions affichées

Remportant aujourd’hui plus d’un appel d’offres sur deux, les opérations d’acquisition ont représenté, à l’échelle du Groupe, environ 6 500 logements sur les dix dernières années. Cette politique volontariste a permis au Groupe Logement Français de renforcer ses positions sur des territoires à forts enjeux et de s’implanter dans de nouvelles régions. Elle a aussi et surtout apporté à de nombreuses collectivités locales une solution pertinente à des besoins en logements sociaux.

Dominique Bailly, maire de Vaujours

Le point de vue d’un élu : Dominique Bailly, maire de Vaujours

Coopération et Famille, filiale du Groupe Logement Français, vient de se porter acquéreur de 140 logements non conventionnés à Vaujours, en Seine-Saint-Denis. Cette commune de 7 000 habitants a ainsi vu son parc de logements sociaux passer de 10 % à près de 14 %.

« Cette opération, en plein centre-ville, s’inscrit parfaitement dans l’optique du contrat de mixité sociale que nous avons été les premiers du département à signer en 2008 : on doit tous vivre ensemble et ne plus faire de différence entre une cité et une résidence. Coopération et Famille a su nous convaincre par sa politique de remise en valeur du bien et la qualité de son écoute des locataires présents… Parce qu’aujourd’hui, ce qui est le plus important, c’est quand même la relation bailleur locataires et le bien-être du lieu de vie. »