Les HLM, artisans de la mixité sociale

Title

Les HLM, artisans de la mixité sociale

« Et vous, vous en êtes où des préjugés sur les HLM ? » C’est la question posée dans le guide 10 idées reçues publié par l’Union sociale pour l’habitat. Objectif : contester l’une après l’autre les opinions toutes faites sur l’habitat social. Des études et chiffres montrent qu’au contraire des a priori négatifs souvent répandus, les HLM sont les artisans de la mixité sociale.

Où en est-on des préjugés sur le logement social et les organismes HLM, domaines où les clichés ont la vie dure ? Sur un mode ludique, clair et pédagogique, l’Union Sociale pour l’Habitat propose une remise en question point par point de ces idées toutes faites. « Les HLM sont au cœur de notre société, ils apportent une contribution vitale à la solidité de notre pacte républicain. C’est dire s’ils ne tolèrent pas l’approximation, les préjugés, les amalgames », estime Jean-Louis Dumont, président de l’USH. « Contrairement aux idées reçues, la plupart des HLM sont situés dans de petits et moyens immeubles de centre-ville, ils sont en moyenne plus spacieux que les logements privés et ils sont plutôt moins gourmands en énergie et en eau que le reste du parc résidentiel.  »

(Se) Loger à un prix modéré

« Des logements au rabais » ? Faux. 82 % des locataires HLM sont satisfaits du confort de leur logement. « Que des tours et des barres » ? Faux. On compte en HLM 72 % de logements en petits immeubles et un quart de logements HLM en zone sensible… Parmi la dizaine d’idées reçues ainsi égrenées et battues en brèche, l’une retient particulièrement l’attention : « Des logements réservés aux plus démunis. » Ainsi, les HLM ne logeraient que les exclus, les travailleurs pauvres et les populations fragiles. Au point que certaines personnes pourtant légitimes renoncent à une demande de logement social, se jugeant inéligibles ou redoutant la cohabitation avec ces publics en difficultés. Une méfiance telle que parfois, les communes se retrouvent en infraction avec la loi SRU. Et pourtant, l’USH rappelle les fondamentaux : les plafonds de ressources prévus par la loi permettent à 64 % de la population de prétendre à un logement social.

 

Pas seulement les plus pauvres

C’est dire que le parc HLM s’adresse à une population certes modeste, mais pas exclusivement à sa composante la plus pauvre. Selon le dernier recensement, les employés et les ouvriers représentaient la moitié des résidents, les retraités et les étudiants 39,4 %, les professions intermédiaires 12 %, les agriculteurs, artisans et commerçants 2 %, les cadres et professions intellectuelles supérieures 4 % et les résidents sans activité 10 %. Le guide rappelle que « lors des attributions, la mixité sociale, générationnelle, professionnelle ou culturelle reste un des objectifs fondamentaux des commissions d’attribution, dans le respect des règles de priorité et de non-discrimination ». 

Retrouvez le guide 10 idées reçues publié par l’USH : http://www.union-habitat.org/l%E2%80%99union-sociale-pour-l-habitat/publications/10-id%C3%A9es-re%C3%A7ues-sur-les-hlm-et-vous-vous-en-%C3%AAtes-o%C3%B9

 

Photo : Vernouillet (78) – Coopération et Famille Un ensemble immobilier alliant le locatif social, l’accession sociale à la propriété et des commerces. Architecte : Éric-Marie Bouchard © F. Achdou.